Insigne du 8° Régiment de Hussards
Amicale des anciens du 8ème Hussards
Par Saint Georges : Vive la cavalerie !  -  Par Lassale : Vive les Hussards !  -  Par Marulaz : Vive le 8° !

 

 

 



Les traditions --> Historique 1/3 --> La bataille d'AUSTERLITZ
Mise à jour du : 03.10.2004
La bataille d'AUSTERLITZ

AUSTERLITZ,  le 2 DECEMBRE 1805.

Le 8° est détaché à l'avant garde de la 1° division sous les ordres du général Saint Hilaire. Il passe le Danube, poursuit les troupes de Kutusof. Le 16 novembre après Göllersdorf, il est à Hollarbrünn et se bat à Schögraben devant un défilé défendu par six mille russes. Le lendemain, il atteint Znaïm sur la Zaya et bivouaque  à Gross-Nemschitz où il profite d'un peu de repos pour remettre en état les armes et les équipements. Le froid persiste. Le 23, il passe en Hongrie à Kradiech pour éclairer l'aile droite de l'armée. Le 26, le maréchal Soult écrit au colonel Francheschi-Delonne qui se trouve avec le régiment à Göding à droite de Wiuschau à dix lieues d'Austerlitz.: "J'ai bien le plaisir à rendre journellement compte à sa Majesté de la distinction avec laquelle vous remplissez la mission que je vous ai confiée". Le 27, à deux heures, 450 cosaques autrichiens attaquent le régiment qui résiste et les repousse. Appuyé par le 11° chasseurs, il fait grand nombre de prisonniers. Un détachement du 8° s'empare des bagages du général Caramelly, chambellan de l'Empereur d'Autriche, et de sa suite. L'argent est partagé entre tous les hussards, cela va les pousser à obtenir d'autres succès. Le même jour, le 8° occupe Bizentz, se replie sur Göding où son colonel se distingue. Toujours à Göding et à Radish, le 8° Hussards et le 11° Chasseurs, subissent une pression de plus en plus importante de la cavalerie ennemie. Pression qui annonce une attaque proche. Devant l'immobilité apparente des troupes françaises, les russes attaquent, prennent Wischau. Nos troupes se replient en bon ordre. Voyant cela, l'ennemi envoie des plénipotentiaires au Quartier Général de l'Empereur pour conclure la paix, mais devant leurs exigences, l'entretien tourne court. Le 1° décembre, il rejoint sa division à Pontowitz. Le 2 décembre, en fin de matinée, le régiment soutient l'attaque des 1° et 2° divisions d'infanterie sur les hauteurs de Pratzen. Puis il tombe sur une colonne de trois milles russes ayant trois généraux à leur tête, qui battent en retraite, passe entre les villages de Sokolnitz et de Telnitz, longe les marais de Kobelnitz. Le colonel Franceschi-Delonne arrivé à marche forcée avec son régiment, devance les 11° et 26° chasseurs, charge immédiatement les Russes qui se rendent. Après cette brillante action, l'étendard recevra le nom d'AUSTERLITZ". Le lendemain à Soitsenon, réduit à cent vingt sabres, regroupé avec quatre régiment d'infanterie sous les ordres du général Schinner, il poursuit les russes sur la route de Brünn en direction de Gaya et fait prisonnier 4 généraux, 2 colonels, 65 officiers et 2500 fantassins. Le colonel Franceschi-Delonne et le chef d'escadrons Rebillot se sont particulièrement distingués au cours des combats.

Le colonel Francheschi-Delonne lance le régiment sur les troupes russes
Le colonel Francheschi-Delonne lance le régiment sur les troupes russes

 

 

Retour Historique 1

 

Contacter :   Le président    Le secrétaire    Rubrique "historique"   Le webmaster
Tous droits réservés pour tous pays - Copyright amicale 8ème Hussards © 2004